Le Néolithique

A la découverte du néolithique en famille avec Néol et Ruffi…

La Préhistoire nous fascine tous un peu. Nous sommes restés longtemps ignorants devant les mystères que représentaient les colosses mégalithiques laissés par ces lointains ancêtres et particulièrement, dans notre Pays Ruffécois, par l'homme du Néolithique.

Aujourd'hui, grâce aux fouilles réalisées par les archéologues, grâce aux actions de valorisation voulues par les élus locaux, ces monuments «nous parlent».

Ce livret destiné d'abord au public scolaire doit beaucoup, pour le texte et pour l'illustration au talent de ses auteurs. Partons, avec Néol et Ruffi, à la rencontre de ces hommes qui ont, les premiers, transformé et valorisé notre territoire.

Bernard Lacœuille,
Vice-Président du Pays du Ruffécois, en charge de la Culture et du Patrimoine

Téléchargez le livret (pdf).

Restitution 3D du tumulus de la Petite Pérotte de Fontenille

Cette restitution a été réalisée par Archéotransfert, grâce aux financements de l'Europe (Programme LEADER du Pays Ruffécois), de l'Etat (DRAC Poitou-Charentes) et du PETR du Pays Ruffécois et au concours scientifique de chercheurs : V. Ard, F. Cousseau, D. Delhoume, V.-E. Leroux et E. Mens.

Ces travaux s'inscrivent dans un Projet Collectif de Recherche (2013-2015).

"Le Nord-Charente au Néolithique moyen et récent (3500-2900 av J.-C.) : enceintes fossoyées mégalithiques et territoires" (coord. V. Ard, CNRS, UMR 5608 TRACES), financé par l'Etat (DRAC Poitou-Charentes) et le Conseil Général de la Charente.

 

Venez faire la visite virtuelle de la restitution 3D du tumulus de la Petite Pérotte de Fontenille.

Le patrimoine néolithique

Le département de la Charente, et notamment le Pays du Ruffécois, possède un patrimoine architectural néolithique d’une exceptionnelle richesse. Les tumulus et les dolmens constituent l’une des premières architectures de l’humanité.

Vous avez dit mégalithes ?

Les dolmens sont des tombes constituées d’imposants blocs de pierres pouvant atteindre plusieurs tonnes, parfaitement ajustés et souvent recouverts par un dôme de terre ("Tumulus", ex. : Vervant - 16) ou de pierres sèches ("Cairn", ex. : Locmariaquer - 56). Pour la plupart, ils ont été construits entre -4500 et -2200 ans avant notre ère, période correspondant au Néolithique.

La particularité de la majorité des monuments du département de la Charente réside dans une architecture présentant la forme de la lettre « Q », dit de type angoumoisin. On y retrouve le plus souvent une ou plusieurs chambres funéraire(s) rectangulaire(s), munie(s) d’un couloir d’accès légèrement désaxé. Ces éléments qui forment le dolmen sont recouverts d’un tumulus ou cairn circulaire ou allongé.

La présence de tumulus dits « géants » très bien conservés est l’autre grande richesse de ce patrimoine. Ces immenses architectures, positionnées sur les hauteurs du territoire, mesurent plus de 100m de long et sont visibles à longue distance, comme c'est le cas à Tusson. L’une des pistes d’explication de l’implantation topographique de telles structures résiderait dans une volonté d’inter-visibilité, selon R. Jousseaume, spécialiste du phénomène mégalithique. Ces monuments agiraient comme des marqueurs de territoires.

Parmi ces architectures funéraires prestigieuses, les deux dolmens dits « Pierres Pérottes » (Fontenille), l’alignement des 4 tumulus dits « géants » de Tusson et le tumulus restauré de Vervant dans la forêt de la Boixe, forment les exemples les plus emblématiques et les plus représentatifs du Pays du Ruffécois.

Quelques exemples de mégalithes...

Pierres Pérottes, Tumulus de Tusson, Tumulus de Vervant

Plan classique du dolmen de type "Angoumoisin" 

Le travail du Pays autour du Néolithique

En 2009, un travail de sensibilisation a été mené sur le territoire (exposition, visites sur site, rallye des mégalithes), en collaboration avec des archéologues spécialistes de la Préhistoire (Vincent ARD et José Gomez de SOTO) et en partenariat avec le Club MARPEN.

>> Télécharger la plaquette de l'exposition de 2009

Depuis 2010, le Pays du Ruffécois travaille étroitement avec la DRAC Poitou-Charentes et les archéologues du territoire pour permettre une meilleure conservation et une mise en valeur de ces monuments autour de la thématique du Néolithique.

En 2011, un diagnostic exhaustif de ce patrimoine a été réalisé pendant six mois par Grégoire MASSART, stagiaire en co-tutelle entre la DRAC et le Syndicat de Pays du Ruffécois. Ce diagnostic a permis de mettre à jour l’ensemble des informations relatives aux monuments : nombre, états de conservation, propriétés, protections règlementaires au titre des Monuments historiques, sources documentaires, couverture photographique. Ce diagnostic a également été l’occasion d’envisager des actions de conservation en faveur de ce patrimoine exceptionnel et de réfléchir sur des pistes de valorisations et de nouveaux partenariats.

En 2012, 7 sites vont être proposés à l'inscription sur la liste supplémentaire des Monuments historiques avec le concours des propriétaires. Avec l’accord de son propriétaire, une opération de fouille, suivie d'une stabilisation structurelle sont programmées pour assurer la stabilité du dolmen la Petite Pérotte qui présente un état critique de conservation.

Du nouveau aux Pierres Pérottes !

 Travaux de restauration et fouilles archéologiques 2012 de la Petite Pérotte

Par Vincent ARD
Chercheur à l’université de Toulouse 2 – le Mirail, responsable des fouilles

Depuis 2009, un important projet de mise en valeur et de protection du patrimoine mégalithique du Nord-Charente est mené conjointement par le Pays du Ruffécois, la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) de Poitou-Charentes, le Club Marpen et des archéologues spécialistes de la question. Il s’accompagne d’une exposition itinérante, visible cet été à la Maison du Patrimoine de Tusson, de conférences publiques et d’un bilan sanitaire des monuments conservés sur le territoire. Dans le Ruffecois, la concentration en mégalithes, dolmens ou tumulus, est en effet l’une des plus importantes de France. Rappelons que ces monuments correspondent à des tombes de la fin de la Préhistoire (période néolithique), édifiées il y a plus de 6000 ans, près de deux millénaires avant les premières pyramides d’Egypte…

L’un des plus remarquables, le dolmen de la Petite Pérotte, est apparu comme une priorité dans le programme de restauration engagé en 2012, du fait de la fissuration de la majorité des piliers en pierre qui maintiennent l’imposante la dalle de couverture, d’un poids supérieur à 20 tonnes. Une opération de consolidation-restauration a donc été réalisée en 2012 par l’entreprise des Compagnons de Saint-Jacques, supervisée par le service des Monuments Historiques de la DRAC. Elle a été précédée d’une campagne de fouille en août 2012 destinée à préciser le plan du dolmen, préalable nécessaire à une restauration réussie et scientifiquement valable.

Au cœur d’une vaste nécropole néolithique, comportant une forte densité de monuments sur les communes de Luxé, Fontenille, Ligné et Tusson, les deux Pérottes sont connus de longue date. Contrairement au dolmen de la Grosse Pérotte, dont l’exploration en grande partie clandestine est relatée par A.-F. Lièvre1, aucune fouille de la Petite Pérotte n’avait jamais été menée.

 

Pour préparer l’intervention archéologique, une prospection géophysique a été réalisée par des chercheurs de l’université de La Rochelle en fin d’année 2011. Cette méthode, qui s’appuie sur les propriétés magnétiques et la résistance des sols, a permis de montrer que les deux Pérottes sont bien deux monuments indépendants et qu’aucune structure annexe (fossés ou carrières) n’existe à proximité immédiate.

La fouille archéologique menée cet été, par une équipe d’une dizaine de bénévoles venant de toute la France, avait trois objectifs principaux. Il s’agissait d’apporter les premiers éléments sur l’architecture du monument, totalement indéchiffrable avant notre intervention, en cherchant à préciser le plan de la chambre sépulcrale sous le dolmen, l’emprise du couloir d’accès à celle-ci et la forme originelle du tumulus (monticule de pierres) qui recouvrait jadis intégralement la chambre et le couloir. L’obtention de ces données était destinée à orienter au mieux la restauration du monument, tout en nourrissant la réflexion scientifique sur les dolmens régionaux dont peu ont fait l’objet de recherches employant les méthodes scientifiques et les questionnements les plus récents. Nous souhaitions également rechercher des dépôts humains conservés pour aborder la question du fonctionnement funéraire de ces monuments, que l’on sait complexe et prolongé sur parfois plusieurs siècles. Enfin, cette fouille s’inscrit dans la continuité des recherches que je mène avec mon équipe dans le Nord-Charente et qui cherche à mieux comprendre les liens entre le monde des vivants et le monde des morts au Néolithique (4500-2200 avant notre ère). Ces recherches ont été engagées lors des fouilles de l’habitat de Bellevue à Chenommet située près de la nécropole de Chenon, le long de la vallée de la Charente, au nord de Mansle.

Les résultats de la campagne de fouille 2012 ont dépassé nos espérances du fait de l’excellente conservation du monument, en dépit des passages répétés sur le site depuis des siècles... Sous le dolmen, la chambre funéraire est délimitée par des piliers en calcaire local, parfaitement façonnés pour s’ajuster les uns aux autres. Ces piliers mesurent plus de deux mètres de hauteur, dont plus d’un mètre était encore sous terre avant la fouille. Des fragments des piliers manquants et une partie d’un dépôt funéraire néolithique en place sur un dallage en pierre ont été découverts à la base du comblement de la chambre. Ce niveau funéraire, en cours d’étude, comprenait au moins six défunts, comportant encore des ossements en connexion, et un gobelet en céramique décoré. Dans le couloir, orienté vers l’est, de nombreux vestiges ont été recueillis (silex, céramique, parure, ossements humains), bien que des interventions clandestines et la pousse des arbres aient fortement perturbé cette zone du monument. La mise en évidence de deux parements concentriques en pierres sèches maintenant la masse de pierre du tumulus, conservés juste sous la terre végétale, sur près d’un mètre de haut pour le parement le plus interne, est une autre découverte majeure. L’ensemble de ces éléments est en cours d’analyse actuellement et fera l’objet d’une publication dans l’avenir.

Le repositionnement des fragments retrouvés dans la chambre a permis la restauration de deux piliers du dolmen jusqu’alors invisibles. Pour palier la fragilité des piliers fissurés, sans pour autant les remplacer, un pilier central artificiel en pierre, masqué par le rebouchage quasi complet de la chambre, a été édifié et soulage désormais les piliers néolithiques de manière à conserver ce monument multi-millénaire pour les générations futures. La fouille s’achèvera l’été prochain par la fin de l’exploration du couloir et la remise en état définitive du site.

Une présentation détaillée et en image des résultats de ces fouilles 2012 sera effectuée à la mairie de Fontenille le 22 février 2013, à 18h30.

Note
1 Lièvre A.-F. (1881) - Exploration archéologique du département de la Charente. II. Canton de Mansle, Bulletin de la Société Archéologique et Historique de la Charente, p. 33-88.