Observatoire photographique des paysages traversés par la LGV

Contexte

20 communes du Pays Ruffécois sont traversées par la LGV : Cellettes, Charmé, Coulonges, Courcôme, Juillé, La Chèvrerie, La Faye, Londigny, Luxé, Montignac, Montjean, Raix, Saint Amant de Boixe, Saint-Martin-du-Clocher, Vervant, Villefagnan, Villiers le Roux, Villognon, Vouharte et Xambes.

Les paysages du territoire vont donc être profondément modifiés sur de larges superficies.

Les élus, conscients de l’attachement de la population à son cadre de vie quotidien ont décidé de mettre en œuvre un observatoire photographique pour garder une mémoire des paysages du Ruffécois et en observer les évolutions. Une campagne photographique saisonnière sur des points stratégiques du passage de la ligne à grande vitesse (les plus significatifs, les plus impactés) est ainsi mise en œuvre avant, pendant et après la réalisation des travaux.

Une exposition annuelle dans le cadre du festival Barrojectif permet de retranscrire les témoignages des mutations paysagères liées à la LGV auprès du grand public.

Méthodologie choisie pour la mise en œuvre de l’observatoire photographique :

Le pays du Ruffécois a fait appel aux conseils du Conservatoire des Espaces Naturel pour établir la méthodologie à mettre en œuvre. Il a ainsi été convenu de s’appuyer sur la méthode de l’observatoire photographique du paysage du ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire (2008).

Concrètement, les campagnes photographiques s’organisent de la façon suivante :

- Les photographies sont prises au sol et depuis l’espace public, révélant le paysage «tel qu’il est perçu par les populations»

- Les points de vue à photographier sont les points stratégiques du passage de la ligne à grande vitesse :

- paysages les plus emblématiques du territoire comme la vallée de la Charente, …
- paysages les plus impactés par le passage de la ligne comme Le Près Rond de Londigny avec deux ponts et une zone de remblais, les marais de Juillé avec zone de remblais importante, …


-
La campagne photographique est saisonnière, hiver/été pour tenir compte des modifications du paysage du fait de la végétation.Le choix des points de vue est réalisé conjointement par les maires concernés, un architecte paysagiste et le technicien environnement du pays Ruffécois.

- La première campagne photographique a eu lieu pendant l’hiver et l’été 2011. La deuxième pendant l’été 2013. Les campagnes photographiques suivantes auront lieu les hivers et les étés des années de travaux ainsi que juste après la fin des travaux et deux années après pour observer la cicatrisation des paysages à terme.

Un projet partenarial :

Plusieurs partenaires s’investissent sur ce projet.

Ce sont les photographes de l’inventaire général du patrimoine, service du Conseil Régional de Poitou-Charentes qui ont réalisé les premières campagnes photographiques (2011 et 2013).

En 2013, une convention a été signée entre le pays du Ruffécois, LISEA et Barrophoto pour assurer la continuité de l’inventaire :

- le photographe de LISEA assurera les quatre campagnes bisannuelles de prises de vues correspondant à la période des travaux de la LGV SEA en respectant les conditions de l’observatoire photographique (2014-2017) et LISEA finance les reproductions nécessaires pour l’organisation d’une exposition annuelle des photographies réalisées (jusqu’à 25 tirages) dans le cadre du festival Barrobjectif,

- l’association Barrophoto accueille l’exposition annuelle consacrée aux évolutions des paysages du Ruffécois en lien avec le chantier de la LGV,

- le syndicat de pays, initiateur du projet, en coordonne la mise en œuvre.