Préserver les paysages

Préserver les paysages

« Le paysage est l’habit dont le peuple a revêtu la Terre qu’il habite… Le paysage est le visage d’un pays, d’une société, le témoin durable de ses travaux et de ses rêves .»
B.Charbonneau in P et G Pinchemel, la face de la terre. La qualité de notre paysage représente un atout important aujourd’hui pour notre territoire. En effet, le Pays, même s’il a perdu de la population entre les deux derniers recensements, est un territoire attractif. Préserver et améliorer la qualité de la vie en Ruffécois, et notamment la qualité du cadre de vie, constitue donc un enjeu important pour les années à venir.Les objectifs :

  • Que chacun prenne conscience de la qualité du paysage de notre Pays, mais aussi de sa fragilité et donc la nécessité de le préserver.
  • Que chacun puisse comprendre le paysage : comment il s'est formé, comment il est structuré. Apprendre à regarder le Paysage, c'est apprendre à intégrer son projet dans le Paysage sans le dénaturer.

Le PETR du Pays du Ruffécois a ainsi entrepris plusieurs actions de sensibilisation au Paysage.

La Charte Paysagère du Pays Ruffécois

La Charte de Paysage du Pays du Ruffécois a pour objectif de fournir à tous un outil d'aide à la décision quant à l'aménagement du territoire, de la commune, des bourgs, à toutes les échelles.
Pour chaque projet, communal ou intercommunal, cette Charte de Paysage vous offre les moyens et les arguments pour :
- Formuler précisément votre demande. Établir clairement auprès des organismes concernés tous les objectifs qu'il vous semble important d'atteindre dans le cadre d'un aménagement.
- Évaluer les projets que l'on vous soumet. Faire un parallèle entre le projet proposé et l'ensemble des questions posées : vérifier que tous les éléments du projet répondent à la demande et sont en cohérence avec les objectifs d'aménagement.
- Ouvrir le débat avec l'ensemble de vos interlocuteurs dans le cadre de l'aménagement du territoire. Choisir le bon interlocuteur. Apporter des arguments pour nourir et améliorer vos projets et construire ensemble votre paysage pour demain.

Cette Charte a été réalisé par l'Ecole d'Architecture et de Paysage de Bordeaux en juin 1997.

N'hésitez pas à la consulter (format pdf).

Le Carnet du Paysage

Le Syndicat de Pays du Ruffécois a commandé au CAUE de la Charente, un "Carnet de Paysage" afin que chacun puisse découvrir, comprendre, aimer et protéger notre Pays.
La protection et la transmission du patrimoine collectif qu représente le territoire constituent une responsabilité fondamentale des élus locaux sur l'espace dont ils ont la charge. Transmettre un patrimoine, c'est gérer un capital qui n'est pas sa propriété de façon à ne pas le dilapider, mais plus encore c'est le valoriser et l'enrichir.

Expression de notre histoire, le paysage fait partie du patrimoine que nous transmettons aux générations futures.

Sa qualité est une responsabilité de tous : des élus mais aussi des habitants, des propriétaires, des usagers, des lieux, des acteurs de l'aménagement... Même si chacun l'appréhende, à sa manière et avec sa sensibilité, le paysage reste un bien collectif, porteur de l'image d'un territoire commun.

C'est avec cette idée que les élus du Pays du Ruffécois ont décidé d'éditer ce guide élaboré avec la participation active de la "Commission Aménagement et Cadre de Vie", afin de vous faire partager à tous, la connaissance et le respect des éléments de notre paysage, de notre identité.

Michel HARMAND
Président du Pays du Ruffécois

Consulter le Guide de l'habitant :
Partie 1 : L' Homme et la Nature ...
Partie 2 : Ma maison ... est à retaper...
Partie 3 : Ma maison... est à construire...
Partie 4 : Mon jardin... est à clôturer...
Partie 5 : Mon jardin.. est à planter...
Partie 6 : J'habite... mon hameau,
Partie 7 : Dans ma campagne...
Partie 8 : L'identité de mon pays...
Partie 9 : Annexes...

Observatoire photographique des paysages traversés par la LGV

Contexte

20 communes du Pays Ruffécois sont traversées par la LGV : Cellettes, Charmé, Coulonges, Courcôme, Juillé, La Chèvrerie, La Faye, Londigny, Luxé, Montignac, Montjean, Raix, Saint Amant de Boixe, Saint-Martin-du-Clocher, Vervant, Villefagnan, Villiers le Roux, Villognon, Vouharte et Xambes.

Les paysages du territoire vont donc être profondément modifiés sur de larges superficies.

Les élus, conscients de l’attachement de la population à son cadre de vie quotidien ont décidé de mettre en œuvre un observatoire photographique pour garder une mémoire des paysages du Ruffécois et en observer les évolutions. Une campagne photographique saisonnière sur des points stratégiques du passage de la ligne à grande vitesse (les plus significatifs, les plus impactés) est ainsi mise en œuvre avant, pendant et après la réalisation des travaux.

Une exposition annuelle dans le cadre du festival Barrojectif permet de retranscrire les témoignages des mutations paysagères liées à la LGV auprès du grand public.

Méthodologie choisie pour la mise en œuvre de l’observatoire photographique :

Le pays du Ruffécois a fait appel aux conseils du Conservatoire des Espaces Naturel pour établir la méthodologie à mettre en œuvre. Il a ainsi été convenu de s’appuyer sur la méthode de l’observatoire photographique du paysage du ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire (2008).

Concrètement, les campagnes photographiques s’organisent de la façon suivante :

- Les photographies sont prises au sol et depuis l’espace public, révélant le paysage «tel qu’il est perçu par les populations»

- Les points de vue à photographier sont les points stratégiques du passage de la ligne à grande vitesse :

- paysages les plus emblématiques du territoire comme la vallée de la Charente, …
- paysages les plus impactés par le passage de la ligne comme Le Près Rond de Londigny avec deux ponts et une zone de remblais, les marais de Juillé avec zone de remblais importante, …


-
La campagne photographique est saisonnière, hiver/été pour tenir compte des modifications du paysage du fait de la végétation.Le choix des points de vue est réalisé conjointement par les maires concernés, un architecte paysagiste et le technicien environnement du pays Ruffécois.

- La première campagne photographique a eu lieu pendant l’hiver et l’été 2011. La deuxième pendant l’été 2013. Les campagnes photographiques suivantes auront lieu les hivers et les étés des années de travaux ainsi que juste après la fin des travaux et deux années après pour observer la cicatrisation des paysages à terme.

Un projet partenarial :

Plusieurs partenaires s’investissent sur ce projet.

Ce sont les photographes de l’inventaire général du patrimoine, service du Conseil Régional de Poitou-Charentes qui ont réalisé les premières campagnes photographiques (2011 et 2013).

En 2013, une convention a été signée entre le pays du Ruffécois, LISEA et Barrophoto pour assurer la continuité de l’inventaire :

- le photographe de LISEA assurera les quatre campagnes bisannuelles de prises de vues correspondant à la période des travaux de la LGV SEA en respectant les conditions de l’observatoire photographique (2014-2017) et LISEA finance les reproductions nécessaires pour l’organisation d’une exposition annuelle des photographies réalisées (jusqu’à 25 tirages) dans le cadre du festival Barrobjectif,

- l’association Barrophoto accueille l’exposition annuelle consacrée aux évolutions des paysages du Ruffécois en lien avec le chantier de la LGV,

- le syndicat de pays, initiateur du projet, en coordonne la mise en œuvre.