Informations

Programme Régional de formation des bénévoles

La Région Poitou-Charentes s'attache à promouvoir la vie associative et contribue à apporter aux bénévoles les compétences nécessaires à l'exercice de leurs responsabilités. Les bénéfices apportés par un accompagnement tel que la formation des responsables et bénévoles associatifs ont un impact direct sur leurs propres associations et plus largement sur la société toute entière.

Afin d'aider les bénévoles à bien vivre leur engagement associatif, un programme adapté aux réalités associatives et sociétales est proposé. Les grandes thématiques concernent la gestion et le fonctionnement de l'association, le développement de compétences techniques ainsi que les priorités régionales, l'actualité et la société.

Près de 1300 bénévoles suivent chaque année les modules de formation du Programme régional.

Les frais de formation sont pris en charge par la Région.

Lien : http://www.poitou-charentes.fr/vivre-ensemble/lien-social-et-vie-associative/soutenir-benevolat.html

Pour plus d’informations :

Région Poitou-Charentes
Direction Territoires – Vivre ensemble
Service Lien social
Régine Fouqueray
05 49 55 68 73
vie.associative@cr-poitou-charentes.fr

Pass Charente

Pour faciliter la mobilité en milieu rural, le Département de la Charente met en place le : "Pass’Charente transport".

Si vous êtes âgé(e) de 6 à 18 ans ou de plus de 70 ans et que vous vivez sur le territoire charentais, le Département vous offre un chéquier d’une valeur de 60 € destiné à payer vos trajets auprès des services de transport à la demande et des taxis partenaires de l’opération.

Pour en savoir plus : http://www.cg16.fr/grands-travaux-routes-deplacements/transports-departementaux/cheques-passcharente-transport/

L’offre de transport en commun

Dans le cadre de sa compétence, le Conseil Général finance un réseau de trente lignes de bus qui traversent l'ensemble du département, allant d'Aubeterre à Ruffec, de Baignes à Confolens, passant toutes par la plate forme centrale qu'est Angoulême.

Concernant le Pays, on recense huit lignes régulières. Elles desservent principalement les chefs lieux de cantons comme Ruffec, Mansle ou Aigre, même si des communes moins  "importantes" en terme d'effectifs, telles Verdille ou Saint-Angeau, bénéficient des transports départementaux.

Consultez les horaires.

Les liaisons assurées sont quotidiennes (excepté le dimanche) et dans certains cas non effectives durant les vacances scolaires. Les entreprises de Cars "VEOLIA" et  "THORIN" (cette dernière, basée à Mansle), sont les deux transporteurs sur le Pays.

Les tarifs proposés sont assez modiques pour un aller-retour dans la journée (dans la plupart des cas, aux alentours de cinq euros).

La mobilité en Pays Ruffécois

Constat :

Le Pays du Ruffécois est marqué par un déséquilibre de service d'un canton à l'autre avec des zones particulièrement isolées et accentué par l'absence de transport transversal. A ce titre, le Pays est confronté aux problèmes propres au contexte rural :

- Une faible densité : 35 hab/km² ce qui se traduit par un habitat dispersé et des distances de déplacements relativement élevées pour accéder aux services.
- Une population qui vieillit : les plus de 60 ans représentent en 2006 31% de la population totale contre 26% pour le département.
- Un taux de chômage important dont les problèmes de mobilité peuvent être l'une des causes.
- Un taux de population vivant dans la précarité relativement élevé avec une population couverte par le RMI relativement importante (1,56 de la population ; 1,61% en Charente ; 1,46% en Région ; 1,74% en France - données CAF 2007).

Ces différentes observations ont tendance à accentuer les effets de la " non-mobilité " qui entraîne :

- Un isolement géographique et psychologique pour certaines catégories de personnes (personnes âgées, jeunes, femmes au foyer…).

- Un renforcement de l'exclusion sociale pour une population fragilisée, notamment les personnes en démarche d'insertion.

Ces différents constats ne touchent pas toutes les catégories de la population de la même façon. Ainsi, pour chaque catégorie de population, des besoins différents en terme de mobilité se posent :

- Les personnes âgées qui pour certaines ne possèdent pas le permis de conduire ou pour d'autres ne sont pas aptes à se déplacer, sont très dépendantes de l'offre de transport pour réaliser leurs achats, aller chez le médecin ou participer à la vie associative.
- Les jeunes qui pour des raisons essentiellement financières n'ont aucun moyen de locomotion et ne peuvent donc se rendre à leur travail, d'autant qu'en milieu rural les distances deviennent vite importantes. Régler le problème de la mobilité pour ce public règlera par la même occasion le problème de l'accès à l'emploi.
- Les publics plongés dans une grande précarité et qui n'ont aucun moyen de locomotion.
- Les salariés aux revenus modestes qui ne possèdent pas toujours plusieurs véhicules au sein du foyer et pour lesquels il devient très difficile de se déplacer en cas de panne sur le véhicule principal.